FR ENG      
           
RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL
 

 

Du 14 au 24 novembre 2008, l'Ecole-Atelier Rudra Bejart de Lausanne, dirigee par Michel Gascard, a foule le sol de l'Inde. Un voyage initiatique d'une importance capitale, tant pour les eleves que pour leurs enseignants, quant on connait l'attachement qu'eprouvait Maurice Bejart pour cette contree riche d'enseignements pour qui sait ecouter les battements de son coeur.

Inde et Suisse, une histoire d'amitie vieille de 60 ans tournee vers le futur...

Dans le cadre de la 24eme edition du Forum International Medias Nord Sud, initie par Jean-Philippe Rapp, journaliste bien connu des medias suisses, l'Ecole-Atelier Rudra Bejart a porte haut les couleurs helvetiques.
Le Forum International Medias Nord Sud est un evenement important dont l'engagement premier repose sur la  sensibilisation aux grands enjeux du futur. Ainsi, par le biais d'expositions, de conferences, de colloques, la realisation d'emissions de radio et television, une multitude d'elements de comparaison ou de synergies sont  mises en evidence. Un meme theme fait l'objet d'une etude sur deux ans.
Le theme 2007, traite a Geneve, l'inde, future puissance mondiale a ainsi ete approfondi a Jaipur, puis Delhi en 2008.
Une demarche relayee par la Confederation Suisse et l'Ambassade de Suisse a Delhi, dans le cadre de la celebration du 60eme anniversaire du Traite d'Amitie entre l'Inde et la Suisse.

La place de Rudra dans cette aventure

" L'Ecole-Atelier Rudra Bejart de Lausanne est invitee a etudier et enseigner en Inde. Cinq jours de travail et de rencontres exaltantes entre les ecoles indiennes traditionnelles et les eleves de Rudra dans  le berceau de l'art et de la culture vedique. Le forum debutera a Jaipur par quatre jours d'etudes et d'echanges entre les plus grandes ecoles de musique et de danse indiennes et les professeurs de renommee mondiale de l'Ecole-Atelier Rudra Bejart, danse classique, danse moderne, Kendo, musique et chant.
L'inde du sud tout d'abord, avec la presence des ecoles de danse Kalakshetra et Kuchipudi de Madras, et le Kalari-Paytum du Kerala, sans oublier les traditions musicales millenaires des nomades du nord de l'Inde.
La pratique journaliere de ces arts amenera Maitres et eleves a developper et echanger leurs connaissances.
La nuit du 21 au 22 novembre, a Delhi, un spectacle d'unite artistique Orient-Occident marquera la commemoration de deux evenements importants :

  • le 60eme anniversaire du traite d'amitie entre l'Inde et la Suisse,
  • les regards se porteront egalement vers l'horizon... C'est effectivement cette nuit la, il y a exactement un an, que disparaissait Maurice Bejart.

Je souhaite proposer pour la nuit du 21 novembre un spectacle homogene dans lequel seront valorisees les interventions des Maitres indiens. L'idee du metissage dans l'art n'est pas de diluer les valeurs mais au contraire de valoriser chaque identite en lui donnant une place authentique. Le spectacle de Delhi refletera le cheminement des rencontres de Jaipur".

Michel Gascard, Directeur de l'Ecole-Atelier Rudra Bejart Lausanne

 

Recit de voyage des rudristes par Marie-Luce Brousse, ecrivaine

 

Entre le ciel et la terre...

Jaipur, 17 novembre, matin
Les yeux sont vagues et les gestes lents a l'aube. Les epices partent a l'assaut de nos papilles gustatives autour d'un petit dejeuner inhabituel. Sous l'oeil des cameras de la television suisse romande les eleves de Rudra embarquent a bord du bus qui les depose au centre culturel Jawahar Kala Kendra pour une longue journee studieuse. Apres un changement de tenue au coeur d'un vestiaire improvise, les rencontres de i peuvent commencer.
Alors que les danseurs et leurs professeurs prennent possession du Centre culturel, je suis hantee par les images du film Les uns et les autres, realise par Claude Lelouch, choregraphie par Maurice Bejart.  Jorge Donn danse le Bolero. La camera filme en plan rapproche le danseur, magicien, centre du monde. Son corps, apprivoise pour nous donner du bonheur s'agite, virtuose. Ma respiration se cale sur le rythme saccade de sa performance physique. Puis la camera recule, s'attarde sur les danseurs qui l'entourent, inspecte les visages du public. Le souvenir de ces images sublimes s'estompe. Mon regard se pose maintenant sur les jeunes danseurs au travail, je capte un instant d'eternite, une poignee de secondes indelebiles ou le temps a ete contraint de suspendre son vol.

Jaipur, 18 novembre, apres-midi
Le soleil brule les danseurs qui repetent. De l'eau, de la creme solaire, quelques fruits et beaucoup de courage leur permettent de renouveler leurs mouvements pour atteindre la perfection que l'on attend d'eux. Entre sensualite et pudeur, sculpture et mouvement, abandon et maitrise, incarnations de differentes nationalites, ils occupent la scene, telles les notes de musique d'une composition, fixees sur une portee pour l'eternite. Blanche, noire, croche, double croche, autant de mouvements potentiels, prelude en corps majeur d'une vibration contemporaine, qui rend palpable la frontiere entre l'inertie et le mouvement perpetuel. Le metissage culturel souhaite par les organisateurs du forum est en place. La cohabitation entre les traditions musicales ancestrales des nomades du nord de l'Inde, l'art martial du kalari-payatum, les danses kushipudi et kalakshetra, la danse classique, la danse moderne, les chants lyriques, Vivaldi et Hugues Le Bars prend forme...

Jaipur, 19 novembre, 19 heures
Shiva a recu son offrande, les musiciens sont en place. Le public se presse autour de la scene. Symphonie, tableau cubiste, sculpture ? Avez-vous deja ecoute Vivaldi, au clair de lune, dans le tumulte d'une nuit fraiche a Jaipur ? Pour apprecier le gout epice de cette experience, il faut la vivre sans penser a recreer une atmosphere occidentale. Alors Vivaldi remplit votre vie au coeur d'un decor surrealiste.

Jaipur, 20 novembre, 19 heures
La derniere representation va debuter, nous sommes deja presque nostalgiques. Le public aussi. Les danseurs manqueront a Jaipur. Jaipur manquera aux danseurs. Proche des coulisses, j'entends les coeurs qui battent a tout rompre. Le spectacle de ce soir est la repetition generale de celui qui sera donne demain a Delhi. Un veritable triomphe salue la fin du spectacle.

Delhi, 21 novembre, 11 heures
Une sensation aseptisee se degage du quartier chic  des ambassades. Les jeunes danseurs, accompagnes des musiciens du Rajasthan, des maitres de danse indiens et d'arts martiaux  decouvrent les jardins de l'ambassade de Suisse. La tristesse des adieux a Jaipur s'estompe un peu a la decouverte des loges "avec miroirs et sieges" s'exclament les filles enthousiastes. Quelques longueurs dans la piscine suffisent a faire oublier momentanement la pression qui monte.
Les dures journees de cours en plein soleil a Jaipur ont laisse quelques traces de fatigue. Les representations nocturnes, bien que saluees chaque soir par un public conquis,  elogieusement  relayees par la presse et la television nationale indienne, ne preservent pas les danseurs du trac. Ce soir un public d'officiels reste a conquerir. L'instant est d'une importance capitale. Le moment d'offrir le spectacle n'est plus qu'a une poignee d'heures... La representation debute, le public est sous le charme mais ignore encore que le meilleur reste à venir.

Delhi, 21 novembre, minuit
Un an plus tot, Maurice Bejart s'engageait sur le chemin de l'ecole buissonniere. Michel Gascard dispose au pied de la scene les fauteuils des officiels, l'heure n'est plus au protocole, il est temps d'offrir au public, les yeux tournes vers le ciel, un vibrant hommage a une etoile. Il distribue une derniere fois les roles des cinq elements, la terre, l'eau, l'air, le feu, l'ether... Une improvisation s'engage entre les danseurs, les musiciens du Rajasthan, la pianiste de l'Ecole Rudra, les maitres d'arts martiaux... Leurs talents conjugues rechauffent l'air frais de cette nuit magique. Michel retrouve ses gestes,  devant ses eleves, il devoile son talent de danseur... Une boule d'energie s'envole. La magie de l'Orient, transcende celle de l'Occident, ou peut-etre est-ce l'inverse, mais cela importe peu. Liberee, la quintessence de l'humanite s'exprime librement, se divise, se multiplie sans jamais se meler. Maurice a recu le message,  danseurs et professeurs sont en larmes. Au bord de la scene le public applaudit.

Delhi, 22 novembre, 16 heures
Comme pour fixer a jamais le souvenir de son entree epoustouflante dans ce pays, Rudra, lors d'une balade, franchit la Porte de l'Inde, arc de triomphe rose situe au coeur de Delhi. Je les ai vu danser et chanter jusque dans une echoppe, au coeur d'un marche anime, creant autour d'eux un attroupement bienveillant !

Marie-Luce Brousse

 

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 
    a